Recherche  

   

En ligne actuellement  

We have 55 guests and 15 members online
   
 


 

   

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
   

Une Yole de Bantry dans le Morbihan

La yole une unité de commandement et de servitude entre les bâtiments de guerre de la marine française.

Une yole, est une embarcation en bois se manœuvrant à l'aviron ou à la voile.

Plougoumelen est une localité, au sud de la Bretagne, près du golfe du Morbihan (56). Elle compte de près de 2 500 habitants. C'est l'une des vingt-quatre communes de la communauté d'agglomération de Vannes, chef-lieu du département, à une dizaine de kilomètres. Auray, dont nous avons déjà parlé, est à cinq kilomètres de là. Non loin se trouve le site des alignements de Carnac et le port de plaisance de La Trinité-sur-Mer.

Un peu d'histoire et de technique.

La yole était une unité de commandement et de servitude entre les bâtiments de guerre de la marine française. En 1796, la France, envoie une armée navale, commandée par le contre-amiral Nielly, soutenir les patriotes irlandais en lutte contre l'Angleterre. Partie de Brest, l'expédition, mal préparée, échouera à cause des conditions météorologique exécrables. Vers la fin du mois de décembre de cette année 1796, la flotte française est désemparée. A la suite d'une collision, la frégate La Résolue est en difficulté, elle met à l'eau un canot pour aller chercher du secours. Mais celui-ci doit s'arrêter en baie de Bantry. L'équipage est fait prisonnier par les anglais placés sous le commandement de Richard White. La yole, embarcation d'origine française, est capturée. Elle sera transportée et conservée durant cent-cinquante ans à Seafield Park, avant de tomber dans l'oubli. Elle est aujourd'hui connue sous le nom de « Yole de Bantry » ou « Yole 1796 ».

C'est en 1985, grâce à la revue Le Chasse Marée, que la yole renaît. Aux Etats-Unis on recherche une embarcation symbolique pour organiser la commémoration du centenaire de la Statue de la Liberté. La yole est proposée comme modèle. C'est le plus vieux bateau de la Marine française encore intact. Elle est exposée au musée maritime de Dun Laoghaire en Irlande.

La yole de Bantry a une longueur de 11,64 m pour 2,05 m de large et un tirant d'eau de 0,79 m. L'équipage est normalement constitué de 13 personnes. Un patron ou maître à bord. Placé à l'arrière, face à l'avant, il voit tout et donne les ordres. Les dix rameurs font face au patron. Chacun utilise un aviron de six mètres de long, placé à l'opposé de la place qu'il occupe. L'équipier le plus à l'arrière est appelé chef de nage. La synchronisation des mouvements étant importante, c'est lui qui donne la bonne cadence. Lorsque la yole est sous voile, il y a des maîtres de mâts. Ils ont en charge le mât et la voile, qu'ils hissent ou affalent. Sur cette yole, il peut y avoir trois voiles (voir les photos). Durant cette phase de navigation, d'autres rameurs sont responsables des écoutes (cordages) et s'occupent de l'allure des voiles.

Deux brigadiers, un à l'avant, l'autre à l'arrière, complètent l'équipage. Ils sont responsables de l'amarrage du canot, au quai, à l'arrivée et au départ. Ils assistent l'ensemble de l'équipage, dans les manœuvres. Le brigadier avant est observateur du plan d'eau. Le second peut remplacer le maître si nécessaire.

La Fée du Traon

Traon (prononcer Tron) est un petit port à proximité de Plougoumelen. « Les rêves font partie de nos vies, et ils se doivent d’être réalisés. La Fée du Traon est un rêve éveillé », indique Gérald Mathieu, président de l’association Une Yole pour Plougoumelen, dans un éditorial. Avoir l’idée, c’est tout simple ! Il suffit d’y penser : « Une fête du golfe en 2009, la plage du Traon à Plougoumelen, des hommes qui bavardent, puis une idée : construire une yole de Bantry ». C’est ce que l’on peut lire sur la page d’accueil du site de l’association. Le début de l’aventure débute un peu comme la « Chanson de la Yole » dans laquelle une petite fée sortant de l’eau leur demande : « Amis de Plougoumelen voulez-vous ramer ? Voulez-vous naviguer ? »

L’idée est un peu folle et c’est cette folie, venue d’un homme, Gérald Mathieu, qui va gagner une poignée d’amis. « C’est venu à la suite de la semaine du Golfe. Plougoumelen recevait la flotille n°1, une soixantaine de yoles, dont une vingtaine de yoles de Bantry, venues d’un peu partout en France ». C’est le lendemain que la décision prend la suite l’idée de la veille ! L’association est rapidement créée. Un projet d’illuminé, comme le confie le président : « mais je voulais aussi que ce soit dirigé vers des jeunes. Je trouvais qu’il y avait un manque sur la commune pour les 15/17 ans. Je les voyais sans activités et je me suis dit pourquoi ne pas les intéresser avec ce projet. C’est que j’ai vendu à la municipalité ». Au départ, trois personnes sont tentées, une menuisière, un retraité de l’automobile et Gérald. Les autres, une dizaine, les rejoindront très vite, pour devenir des charpentiers de marine. L’équipe constituée le travail est réparti entre tous. Le président disposant d’un tissu relationnel important, se chargera de trouver le financement, les aides. Il leur faudra aussi trouver un hangar pour établir le chantier. Il se passera trois mois entre l’idée et le début de la construction. Trois mois avec une péripétie de taille qui stoppe le projet. Le bois était trouvé et vendu pour un euro symbolique et la vente est annulée la veille de la récupération de ce matériau. Finalement les gabarits sont remis pour pouvoir débuter le chantier : « sur 18 mois de projet, nous en étions réduits à 15, ce qui créé une nouvelle difficulté ».

L’aventure prend une tournure sociale, avec la rencontre des jeunes de l’AMISEP (association morbihannaise d’insertion sociale et professionnelle) qui viennent dans un premier temps, les voir travailler, puis prennent part au chantier : « on leur donnait la possibilité de faire quelque chose. Ils sont restés avec nous à raison d’une journée ou deux par semaine. Ils ont participé à la mise à l’eau du bateau ». Deux autres stagiaires de l’AFPA (association de formation professionnelle pour adultes) d’Auray, rejoindront le groupe.

La réalisation de la yole de Bantry aura nécessité environ 4 000 heures de travail, réparties sur 18 mois avec un budget de 35 000€. Le 30 mai 2011, La Fée du Traon était baptisée et une grande fête organisée, avant sa mise à l’eau.

L’aventure n’est pas terminée pour autant. Pour permettre l’entretien du bateau, l’association apporte ses conseils à ceux qui souhaitent se lancer dans ce type de projet. Elle peut réaliser mâts et avirons sur commande. Elle développe une offre en direction des particuliers, de comités d’établissements, pour des baptêmes ou des démonstrations. La yole peut accueillir jusqu’à 15 personnes, où tout le monde travaille : « c’est un bateau très technique et sportif, pesant une tonne une fois armé. Il nécessite à bord huit personnes habituées ».

Les photos présentées ici ont été réalisées par les membres de l’association « Une Yole pour Plougoumelen ».

Texte © Christian Pujol - Photos © Christian Pujol & association « Une Yole pour Plougoumelen ». (13.11.2011)

Informations supplémentaires

  • Latitude: 47.655354
  • Longitude: -2.926428
  • Adresse: Le Troan - Plougoumelen, France
Lu 2856 fois Dernière modification le jeudi, 12 mars 2015 19:50
From:
Connectez-vous pour commenter
   
© @ Caravan'Rando Mag 2013