Recherche  

   

En ligne actuellement  

We have 50 guests and 23 members online
   
 


 

   

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
   

Historial Jeanne d'Arc à Rouen.

Depuis la fermeture en 2012, du musée Jeanne d’Arc, Rouen se devait de disposer d’un haut lieu muséal consacré à la Pucelle d’Orléans (1412-1431).

En 2012, le musée Jeanne d’Arc situé place du Vieux marché, en centre ville de Rouen, fermait définitivement ses portes. Sa collection était dispersée au cours d’une vente aux enchères. Dès lors, un important travail était entrepris pour la création d’un espace culturel totalement dédié à la jeune bergère de Domrémy. La CREA (communauté Rouen, Elbeuf, Austreberthe, aujourd’hui Métropole Rouen-Normandie), alors présidée par Laurent Fabius, présentait en mars 2012, le projet « Historial Jeanne d’Arc ». Il sera réalisé en deux ans, pour un budget de 10,6 millions d’euros. Certaines photos Avant-Après, montrent le travail considérable entrepris pour la restauration de cette partie l’évêché, aujourd’hui Historial.

Ambitieux, il consacre définitivement Rouen capitale johannique. Deux ans, c’est aussi la durée de la vie historique de la jeune fille, entre 18 et 19 ans, qui changèrent le cours de l'Histoire. Deux années durant lesquelles Jeanne va devenir un symbole emblématique, internationalement reconnu, de la femme dans les luttes.

Au milieu d’un livre ouvert.

Historial-Vue-exterieure

Les travaux de restauration furent complexes et délicats, l’édifice étant classé aux à l’inventaire des Monuments Historiques. Pierre-André Lablaude, architecte en chef des Monuments Historiques en avait la charge.

L’Historial est ouvert au public, depuis le 21 mars 2015, dans l’enceinte du palais archiépiscopal, où se tinrent les deux procès de Jeanne d’Arc. Le premier la condamnant, le second la réhabilitant. Pendant 1h15, les visiteurs circuleront au milieu d’un livre ouvert, sur la vie et l’histoire de Jeanne, sur près de 1 000m². Le concept de ce lieu culturel est une première en France, conduisant le visiteur dans une immersion totale, devenant un témoin de l’Histoire. Le parcours est une succession de salles aux scénographies réalisées par les équipes de Clémence Farrell. Il se développe en deux parties et dix espaces : sept pour l’épopée de Jeanne, trois pour la mythothèque.

Le parcours.

Les voix entendues à Domrémy, qui déclenchèrent sa mission, la prise d’Orléans aux anglais, le sacre de Charles VII, son procès, tous les faits marquants sont présentés, presque vivants.

Le parcours est original, dans sa conception.  Des technologies modernes ont été utilisées, projection et rétroprojection sur verres, stèles, colonnes, images 3D, bornes de consultation… La visite durant 1h15 de la première partie, l’épopée de Jeanne, s’effectue par audio-guide synchronisé, dans cinq langues. Les scénographies contribuent également à mettre en valeur l’architecture des lieux.

L’Historial, implanté sur cinq niveaux est accessible aux personnes à mobilité réduite. Vingt-trois comédiens professionnels ont été retenus, dont Bernard Alane, Olivier Saladin, ou encore Alain Bézu et Henri Dubos, plus connus localement. Cet itinéraire au cœur de l’Histoire est conduit par Jean Juvénal des Ursins (Bernard Alane) jusqu’au bûcher, un moment étrange ou le visiteur est dans un premier temps au milieu des intervenants du procès, avant d’être entouré par les flammes du bûcher. La visite se poursuit ensuite par la mythothèque, en temps libre. Ici, est abordée la postérité de Jeanne, commentée par quatre historiens, avant de rejoindre le cabinet des curiosités. Un ensemble de reproductions d’œuvres d’art et d’objets, rappelant l’histoire de Jeanne et l’utilisation qui en fût faite.

Cette visite est une occasion de découvrir autrement Jeanne d’Arc, bien que les historiens s’accordent pour dire que l’on ne connaît pas tout de son histoire.

Jeanne d’Arc, brûlée vive le 30 mai1431, a été réhabilité 25 ans plus tard, le 7 juillet 1456, dans la salle de son premier procès.

L’Historial a été inauguré le 20 mars, par Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, en  présence de Monseigneur Jean-Charles Descubes, archevêque du diocèse de Rouen et d’autres personnalités.

Lors de l’inauguration, le ministre a émit le souhait que : « l'on présente également Jeanne d'Arc comme étant l'Héroïne de Rouen », ajoutant « on dit toujours la Pucelle d'Orléans, mais si on ajoutait l'Héroïne de Rouen, ce serait une vérité ». C’est en effet ici, à Rouen, où elle n’a passé que quelques mois, que sa destinée à pris toute sa grandeur, malheureusement tragique. 

Sa vie.

Jeanne d’Arc est née le 6 janvier 1412. En 1425, nous sommes en pleine guerre de cents ans qui durera en fait 116 ans, de 1337 à 1453. Jeanne est âgée de 13 ans. Elle commence à entendre des voix, celles de Saint Michel, de Sainte Marguerite, de Sainte Catherine. Ces voix lui demandent de conduire le dauphin à Reims, pour le faire sacrer roi de France. Puis de libérer le royaume des Anglais.

Quatre années se passent et tout ira très vite, dans cette courte vie historique. Le 25 février 1429, Jeanne d’Arc rencontre le dauphin Charles VII à Chinon. A la suite de l’entrevue, elle conduit une armée à Orléans, assiégée par les Anglais. La ville sera libérée le 8 mai 1429. La cérémonie du sacre de Charles VII se tiendra en la cathédrale de Reims le 17 juillet 1429. Le 8 septembre suivant, elle est blessée aux portes de Paris et échoue, dans cette mission pour reprendre la ville. A Compiègne, alors qu’elle est venue au secours de la ville, elle est capturée et arrêtée par les Bourguignons le 23 mai 1430 et sera livrée aux Anglais, le 21 novembre 1430, moyennant 10 000 livres.

A cette époque Rouen, est la capitale des possessions anglaises en France. L’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, allié des Anglais, obtient de juger Jeanne pour hérésie, considérant qu’elle a été arrêtée sur le territoire de son diocèse. Elle sera emprisonnée à Rouen. Son procès durera du 21 février au 21 mai 1431. Le 24 mai elle abjure, reconnaissant ses pêchés, puis se rétractera. Le tribunal la condamnera au bûcher. Elle sera brûlée vive le 30 mai 1431, en public sur la place du vieux Marché à Rouen.

Jeanne d’Arc sera réhabilitée, le 7 juillet 1456, 25 ans plus tard, à la suite de la révision de son procès. 

Historial Jeanne d’Arc : 7 rue Saint Romain - Rouen. Renseignements : 02 35 52 48 00 - Site : Historial Jeanne d'Arc

Galerie photos en bas de page

Texte & photos © Christian Pujol (30.03.2015)

Informations supplémentaires

  • Latitude: 49.440602
  • Longitude: 1.095669
  • Adresse: 7 rue Saint-Romain, Rouen, France
Lu 1051 fois Dernière modification le mardi, 30 juin 2015 00:18
From:

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Arrault Annette lundi, 06 avril 2015 12:54 Posté par Arrault Annette

    Merci pour cet article très intéressant sur Caravan'Rando Mag. Une visite à la fois touristique et culturelle, pour un lieu qui semble magnifiquement conçu !

  • Lien vers le commentaire Soloy Bruno dimanche, 05 avril 2015 13:28 Posté par Soloy Bruno

    Super, excellent, j'adore une visite s'impose à voir absolument. En tout cas c'est sur j'irais. Merci caravan'Rando Mag :) :)

Connectez-vous pour commenter
   
© @ Caravan'Rando Mag 2013