Recherche  

   

En ligne actuellement  

We have 57 guests and 22 members online
   
 


 

   

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
   
vendredi, 27 septembre 2013 00:00

Saint-Malo - 1 - Sur les remparts

Écrit par 
A plusieurs reprises, j'ai croisé le regard des oiseaux dans nos régions. La scène qui m'a le plus touché, se passait sur les remparts de Saint-Malo en juillet 2008.

Ce jour-là, j'observe de loin la rencontre d'un homme avec un goéland. Comme d'autres promeneurs, je m'arrête. L'homme est appuyé sur le bord du rempart et l'oiseau vient près de lui comme pour effectuer un brin de causette. Au bout de quelques instants, l'oiseau s'envole, puis revient, et revient encore. Je suis à une dizaine de mètres, ils sont face à moi, je n'ose m'approcher de la scène. Rapidement, je change l'objectif de mon appareil, pour un autre plus puissant, espérant que personne ne vienne se placer entre nous pendant ce temps.

Autour, personne ne les dérange, les promeneurs observent, se tenant à quelques mètres en retrait comme pour ne pas perturber ces instants touchants. L'homme et l'oiseau, sont en communion. Ils se regardent, le volatile posé sur la main. L'instant est magique. Autour, il y a du bruit, un va-et-vient incessant de visiteurs. Pourtant, ils semblent seuls.

Je reste là une quinzaine de minutes, puis l'homme et l'oiseau se séparent. L'homme poursuit sa promenade sur les remparts, et l'oiseau vole vers son domaine, les airs au-dessus de la mer. De mon côté, je continue mon chemin, sans savoir s'ils se reverront.

C'était beau et émouvant. Tout simplement beau et émouvant d'être témoin d'une scène, sans doute d'une histoire, que je ne cherche pas à comprendre, pour rester encore dans mon imaginaire. Qu'ont-ils pu se raconter ainsi ? Je ne peux m'empêcher de me demander, pourquoi ce qui est possible entre l'homme et l'animal, ne l'est pas toujours, entre les hommes.

Quatre ans plus tard.

De retour, en juin 2012, sur les remparts malouins, je repense à cette scène observée quatre ans plus tôt. Et si elle se reproduisait ? Après quelques photos banales, je suis sur le chemin de ronde. « L'homme » d'il y a quatre ans est là. Cette fois encore entouré de goélands. Dont un qui est particulièrement présent. Je m'approche et j'engage la conversation. Il s'appelle Jacques. Ces goélands, il les connaît depuis plusieurs années. Ceux, qui ont eu l'occasion de venir sur les remparts de Saint-Malo, savent que les oiseaux de toutes sortes, sont peu farouches et s'accommodent parfaitement de la présence humaine, jusqu'à venir picorer dans la main du premier venu.

Jacques n'est pas le premier venu. Pour les goélands, c'est un « garde-manger ». Une petite besace, fixée autour de sa taille, contient des portions de saucisses pour apéritif : « je suis là, tous les dimanches après-midi. Les goélands le savent et dès qu'ils me voient, ils arrivent ». Cinq sont ses copains : « ils ont chacun un territoire, sur les remparts. Celui-là, c'est Malo, c'est son coin. Il ne va pas sur le territoire d'un autre ». Chacun de ses cinq habitués a un nom. Malo, il le reconnaît à une petite marque au niveau de la palme gauche ! Malo est devant Jacques qui tient dans sa main un de ces petits morceaux de saucisse. Le goéland se sert avec plus ou moins de délicatesse dans son geste. Son bec est fort et puissant, mais ne blesse pas son ami.

Après deux ou trois morceaux avalés, l'un et l'autre passent aux jeux, un autre plaisir de Jacques. Il lance loin devant lui un de ses bouts de viande que Malo, s'empresse d'attraper au vol, ce qui, à chaque fois, illumine le visage de Jacques, d'un large sourire, encadré par une barbe poivre et sel qui lui va si bien.

Chaque dimanche après-midi, Jacques se promène sur les remparts de Saint-Malo, à l'exception de la période hivernale. Il vient à la rencontre de « ses » goélands et partage un peu de temps avec eux. Parfois, un inconnu s'arrête pour tenter un repas gastronomique : « il y en a qui se montrent un peu agressifs, il faut faire attention ».

Dans ce cas, il n'y aura pas d'autre résultat, le volatile ira voir, plus loin, si le monde est meilleur. Sans doute jusqu'à ce qu'il apprenne la sagesse.

Par mon approche de ce jour là, je me pose moins la question d'il y a quatre ans, sur ce « brin de causette ». Il y a bien, entre eux, un dialogue où seuls les yeux suffisent pour se dire tant de choses, en quelques instants. Est-ce de l'amour ? Certainement, sans doute.

Qui est Jacques, je l'ignore et je souhaite rester dans cette ignorance. Mais il semble heureux de ces rendez-vous dominicaux. Des moments forts pour nous, simples observateurs, émus le plus souvent. Il suffisait pour cela de lire le regard des promeneurs souriants et étonnés. Des instants certainement très complices entre lui et ses amis ailés.

Jacques ne dispose pas de connexion internet. Pour le remercier de ces minutes où tous les deux m'ont acceptés, je lui ai fait parvenir mes photos, celles de la galerie.

Galerie photos en bas de page.

Texte et Photos © Christian Pujol (20.06.2012)

Informations supplémentaires

  • Latitude: 48.651215
  • Longitude: -2.023056
  • Adresse: Saint-Malo
Lu 4597 fois Dernière modification le dimanche, 06 mars 2016 20:11
From:

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Soloy Bruno mardi, 18 août 2015 22:19 Posté par Soloy Bruno

    Génial cette article Christian. Je sais pourquoi maintenant j'avais adorer la photo en expo et qui faisait partie de mes préférées à la brasserie Jem's.

Connectez-vous pour commenter
   
© @ Caravan'Rando Mag 2013