Recherche  

   

En ligne actuellement  

We have 50 guests and 17 members online
   
 


 

   

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
   
lundi, 30 septembre 2013 00:00

Afrique à cœur - 2/6

Écrit par 
Les quatre mousquetaires de la route.

Une semaine que le voyage est commencé et premier point.

Guy, Kathy, Fan-Fan et Jacomo, seront bientôt sur les royales terres marocaines. Les fêtes de fin d'année à peine terminées, pour les quatre amis, les bagages sont fait, les maisons sont fermées et sous surveillance. 4h30 le 4 janvier, Guy et Kathy prennent la route depuis le Vaucluse. Fan-Fan et Jacomo, dans le Gers, en font autant. Ils se rejoindront le 7 janvier à Tarifa au Sud de l'Espagne, après 1 800 km de route.

Tarifa est une ville fortifiée de moins de 20 000 habitants, une pointe dans la Méditerranée. En face, à quelques kilomètres Tanger, de l'autre côté de la petite bleue, car c'est ici que la traversée est la plus courte. Deux jours de repos, pour les quatre mousquetaires de la route, dans la province de Cadix (Cadiz en espagnol), sous le soleil, au bord de la mer en janvier de quoi nous donner le bourdon.

Depuis le 10 janvier, ils sont au Maroc. A l'ambassade mauritanienne, ils ont quelques difficultés administratives pour obtenir leur visas. Horaires aléatoires, c'est déjà fermé lorsque l'ambassade doit être encore ouverte. Ils devront « se faire des copains... », pour obtenir au plus vite ces sésames à destination de la Mauritanie, vers 17h, plutôt que devoir attendre le lundi matin suivant, sans véritable espoir. D'autres voyageurs sont là depuis quatre jours, sans résultats.

Des rencontres permettent de passer le temps plus facilement. Ils font la connaissance d'un groupe de motards de Casamance, avec lesquels ils partagent un tajine. Avec Lorca, une sénégalaise du groupe de motocyclistes, Kathy et Fan-Fan apprendront à réaliser ces fameuses tresses africaines.

Tanger. Distante de 14 km avec la côte espagnole, Tanger a toujours eu une position stratégique entre l'Europe et l'Afrique. Créée par les carthaginois au IVème siècle avant J-C, elle sera malmenée à plusieurs reprises et changera souvent de mains entre espagnols, portugais, français et anglais qui souhaitent tous la contrôler.

C'est, aujourd'hui, un important pôle économique après Casablanca, avec des zones industrielles importantes, un port de marchandises et de voyageurs, un port de plaisance et un de pêche. Située sur le littoral marocain, Tanger revendique également être une ville au développement culturel et touristique permanent, grâce notamment à l'amélioration des réseaux ferroviaire et autoroutier. Un projet de tunnel sous la mer entre le Maroc et l'Espagne est à l'étude. Il réduirait le temps de trajet entre les capitales Rabat et Madrid à 4 heures et à 8h vers Paris, par une ligne ferroviaire à grande vitesse depuis le Maroc.

Nos mousquetaires ont maintenant pris la route vers Agadir, ville balnéaire de la côte Atlantique, à 800 km au Sud-ouest du Maroc.

Compte tenu de la situation actuelle en Afrique et sans céder à la panique, nous avons adressé le message suivant à Guy, Kathy, Fan-Fan et Jacques : « Je ne vous cache pas mon inquiétude avec les événements actuels au Mali, je pense que vous avez aussi ces informations. En France des alertes ont été lancées concernant le Sénégal et de possibles incursions des islamistes dans ce pays. Le gouvernement à mis en garde les ressortissants français un peu partout. J’aimerais vous conseiller de rentrer à la maison, ce qui serait une sage précaution à mon avis. Amicalement ».

Si vous aussi, vous pensez que la prudence s’impose, vous pouvez leur adresser un message à cette adresse: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le quatuor d'amis, en piste.

Au matin du 11 janvier, sur le parking d'une station service, la nuit ne fut pas de rêve, bercée par les sons mélodieux des doux klaxons des routiers marocains. Nos amis rejoignent Agadir par l'autoroute et retrouvent leurs amis Jojo et Serge. Ils passeront deux jours ensemble.

Agadir. Ville de plus de 500 000 habitants, Agadir attire les touristes tout au long de l'année, sur ses plages aux allures européennes qui entourent l'une des plus belles baies au monde. C'est aussi un port international. D'origine vraisemblablement berbère, Agadir, par sa situation géographique stratégique, a très souvent été victime de convoitises. Après l'arrivée des portugais en 1505 pour y faire du commerce, le sultan Mohammed Cheick s'empare de la ville en 1541. Le peuple berbère en reprendra possession durant le XVIIème siècle. Cette cité subira un coup commercial qui se révélera fatal, avec la construction, dans les années 1760, du port d'Essaouira, plus au Nord, qui interdira tout commerce avec l'Europe. Agadir se dépeuplera. Au XXème siècle, elle est dramatiquement frappée. Le tragique séisme du 29 février 1960, la détruira dans sa presque totalité, causant la mort de 15 000 personnes. La ville relèvera le défi national de sa reconstruction en deux ans. Agadir est aujourd'hui la seconde ville marocaine après Marrakech.

Après le déjeuner pris au restaurant par les trois couples, le dîner « maison » de Jojo régale tout le monde. Dans l'après-midi une excursion dans le Souk pour les copines, s'impose. Pendant ce temps, les copains s'affairent à l'adjonction d'une « jupette » au « Bison », le véhicule de Jacques. Chaque véhicule a été surnommé ainsi pour sa ressemblance avec l'animal. Seulement, il n'est si bonne compagnie qui se quitte et il faut penser à la poursuite du voyage. Le bivouac suivant sera établi à Tan-Tan, sur un terrain de camping. Tan-Tan est une localité de plus de 60 000 habitants à environ 300 km au Sud d'Agadir.

Tan-Tan. Chaque année, Tan-Tan est un lieu de rassemblement, réunions et rencontres de nomades du Sahara. Les tribus se retrouvent là pour le « Moussem », une manifestation culturelle, cultuelle, sociale et commerciale. On y vend, on y achète. Chants, musiques, jeux, poésies et traditions orales ou non, sont au programme des réjouissances. C'est principalement une occasion de perpétuer et préserver les traditions et savoir-faire des communautés sahraouies. Le Moussem de Tan-Tan est inscrit depuis 2008, par l'UNESCO, au patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Le chant de la dune.

Il y a un fort vent, ce 14 janvier, pour reprendre la route vers Tarfaya. Les deux Bisons tanguent. Premier objectif, faire le plein en carburant pour les véhicules à la première station service détaxée. Ils quittent la route pour la piste après Akhfenir. Une halte leur fera découvrir le gouffre éponyme, également appelé « Trou du diable », un spectaculaire puits aussi haut que large, dans lequel l'océan s'engouffre, par une galerie au pied de la roche. Plus loin ils écouteront le chant de la dune. Il s'agit de sons harmoniques dus aux vibrations et à la résonance du sable à l'occasion de petites avalanches ou tout simplement en marchant.

En cliquant sur la vignette ci-contre, vous pourrez écouter un enregistrement emprunté à Youtube, sur le chant d'une duneIl n'est pas dû à nos randonneurs.

 Pour le pique-nique, le vent, toujours présent, n'autorise pas un déjeuner à l'extérieur. La piste qu'ils empruntent est parfois « trialisante » (pour les non spécialistes, trialisante signifie parcours accidenté, voir acrobatique, dans le jargon). Dans l'article sur les camping-cars 4x4 « Camping-cars 4x4 pour voyager », nous expliquions que ce n'était pas toujours par jeu, que les utilisateurs de ces véhicules se retrouvaient, mais pour partager des informations et des techniques de franchissements. Nos amis, sont rompus à ces techniques qu'ils vont devoir commencer à mettre en application. Le vent modifiant le tracé des pistes, ils ne trouvent pas celle qui doit les conduire vers la vallée de l'Oued Khawi Nam. Ils feront un arrêt bivouac en plein désert, au milieu d'un magnifique paysage lumineux.

Le lendemain la partie de cache-cache avec la piste se poursuit : « nous naviguons au GPS, car les repères fournis ne sont pas de grande fiabilité ». Ils finiront par atteindre la source du Khawi Nam : « elle est située au fond d'un canyon, avec une chute d'eau permanente qui alimente une succession de plans d'eau. C'est très beau. On y pique-nique, mais encore une fois à l'intérieur des véhicules à cause du vent ». Ils projettent de descendre dans ce canyon le lendemain. La falaise fait environ une centaine de mètres de haut et la partie ne semble pas gagnée d'avance.

Sur le point de partir, un groupe de sahraouis en 4x4 vient vers eux. Ils expliquent qu'ils vont descendre la falaise et ensuite prendre la direction de Tarfaya. Les sahraouis le leur déconseillent, les dunes se sont déplacées et la descente est impossible : « ils nous ont recommandés un passage à 10 km de là. On ne l'a pas trouvé ». Après quelques heures d'errance, ils croisent un autre véhicule, dont les occupants indiquent que le passage recherché n'existe pas. Pour les aider, ils les conduisent sur la piste principale, pour Tarfaya.

L'aventure, c'est l'aventure.

Le 16 janvier, après leur pique-nique, ils reprennent la route. Les cordons de dunes qu'ils rencontrent leurs donnent des difficultés. Si certaines peuvent être franchies, pour d'autres il s'avère nécessaire de les contourner : « on était perdu. Nous avions deux solutions, soit faire demi-tour sur environ 200 km, soit poursuivre vers une route qui se trouve à 50 km de notre point ». Ils téléchargeront une carte satellite sur leurs GPS, afin de tracer un itinéraire, avec des points GPS au milieu des dunes et de ce qui leur semble être des falaises, en direction de Dwara à 35 km. Ils feront étape en fin de journée à une quinzaine de kilomètres de cette ville. Le lendemain il faudra remonter vers Tarfaya, pour un rendez-vous avec une famille de pêcheurs sahraouis, amis de Fan-Fan et Jacques.

Ils concluent ce nouvel épisode en précisant : « les bisons se sont montrés à la hauteur. Pas de plantage, les plaques et les pelles sont restées à leurs places ».

Galerie photo en bas de page.

Texte © Christian Pujol - Photos © Afrique à cœur (01.01.2013 au 26.02.2013)

Lire la suite :

Afrique à cœur - 1

Afrique à cœur - 3

Afrique à cœur - 4

Afrique à cœur - 5

Afrique à cœur - 6

Informations supplémentaires

  • Latitude: 35.775441
  • Longitude: -5.797940
  • Adresse: Tanger, Maroc
Lu 5848 fois Dernière modification le jeudi, 12 mars 2015 20:14
From:
Connectez-vous pour commenter
   
© @ Caravan'Rando Mag 2013