Recherche  

   

En ligne actuellement  

We have 51 guests and 25 members online
   
 


 

   

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
   
lundi, 19 décembre 2011 00:00

Noël, entre fête religieuse et traditions.

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le temps est venu pour les villes et les villages de décorer et d'illuminer, et pour de nombreux foyers de préparer la crèche et/ou le sapin de Noël.

Un peu d'histoire.

Pour certains, il s'agit d'un acte symbolique qui se renouvelle chaque année, marquant la fête de Noël. Pour d'autres, c'est la préparation d'un moment solennel à venir, qui se déroule durant les quatre semaines de la période de l'Avent. L'Avent représente le début de l'année liturgique et compte quatre dimanches. Traditionnellement on prépare une couronne, plantée de quatre bougies. Il y a deux interprétations principales pour ces bougies ; elles représentent les quatre points cardinaux ou bien symbolisent ; le pardon à Adam et Eve, pour la première. La foi des Patriarches, en la Terre Promise, pour la seconde. La troisième bougie représente la joie de David, célébrant l'Alliance avec Dieu. La quatrième selon l'enseignement des Prophètes, annonce un règne de paix et de justice.

L'arbre de Noël.

Symbole de la vie au moment où la nature semble morte, le sapin de Noël a une origine païenne. Il sera longtemps considéré par l'Eglise catholique, comme étant profane et lié à une pratique franc-maçonne. Les protestants, de leur côté, dès 1560, sont réticents à représenter le mystère de la nativité, par une crèche. Ces derniers voient en l'arbre de Noël, l'arbre du paradis terrestre et les prédicateurs le comparent à la Croix du Christ.

On trouve, semble-t-il, son origine en Allemagne. Il apparait en Alsace, vers 1520. A cette époque la région est sous l'autorité du Saint-Empire romain germanique. Ce n'est qu'au XVIIème siècle que l'arbre de Noël commence à être illuminé de petites bougies évoquant la lumière que Jésus apporte à tous les hommes. L'étoile placée à la cime de l'arbre, rappelle celle de Bethléem qui a guidée les Rois mages.

Pour citer quelques dates, il entre à la Cour de Versailles en 1738. A Windsor, en Angleterre, le Prince Albert, d'origine allemande, époux de la reine Victoria, fait dresser le premier arbre en 1841. Dans les pays scandinaves, il était planté au solstice d'hiver, vers le 21 décembre. En France la coutume se développera à partir du XIXème siècle et se généralisera après la guerre de 1870.

Une crèche, deux époques.

Il n'existe pas de sources mentionnant le jour de la naissance de Jésus. Saint-Luc, l'évangéliste, raconte que Marie aurait déposé son enfant, dans la mangeoire (scripia en latin) d'une étable, où, avec Joseph, elle avait trouvé refuge. Par extension, scripia désignera, l'étable, la grotte ou la crèche.

Ignorée par les chrétiens durant quelques siècles, la fête de la naissance de Jésus, sera fixée au 25 décembre, au IVème siècle. Ce n'est donc pas une date exacte qui est fêtée, mais une réalité importante, pour l'Eglise chrétienne.

L'origine de la crèche remonterait à Saint François d'Assise qui organisa en 1223 une scène vivante avant la célébration de la messe de Noël. Ce serait au Pape Onofrio IV, que l'on doive les premières figurines de la crèche en 1283. Les plus anciennes connues sont dues aux Jésuites de Prague en 1562.
L'histoire de la crèche familiale, date du XVIIème siècle, dans les demeures de la noblesse et de la haute bourgeoisie de Naples. Elle représente à cette époque, des scènes de la vie quotidienne de la ville. Pendant la révolution française, les représentations publiques sont interdites et la crèche apparaît dans les maisons, marquant l'arrivée de la crèche provençale, qui sera préférée à la napolitaine.

La crèche provençale est un respectueux mélange des genres. Aux personnages de la nativité, l'enfant Jésus, Marie, Joseph, les bergers et les moutons et ceux qui se trouvent dans l'évangile de Saint-Matthieu, les Rois mages, le bœuf et l'âne, s'ajoutent les personnages modernes d'un village de Provence.

Et le Père Noël !

Si on oublie de parler du Père Noël, il ne passe pas !

Il y a souvent confusion entre le Père Noël et Saint-Nicolas. Tous deux ont existé, le Père Noël ayant d’ailleurs une longévité surprenante et pas une ride de plus d’une année à l’autre.

Son origine est liée à l’évêque Saint-Nicolas, barbe blanche, manteau rouge. Le progrès aidant, si Saint-Nicolas se déplaçait sur le dos d’un âne, le Père Noël utilise un moyen de locomotion plus rapide avec son traîneau tiré par des rennes.

La réforme protestante du XVIème siècle, provoque la disparition de la fête de Saint-Nicolas en Europe. Néanmoins, les hollandais conservent leur Sinter Klass, nom hollandais de Saint-Nicolas, et la distribution de jouets. Avec l’émigration hollandaise vers l’Amérique du Nord, Sinter Klass, devient Santa Claus.

En 1821, le pasteur américain Clement Clarke Moore, écrit un conte de Noël « The night before Christmas » (La nuit d’avant Noël) où le vieil homme barbu apparaît, dans un traîneau tiré par des rennes. Dans un autre récit de 1823, le pasteur parle de lutins distribuant des cadeaux depuis un traîneau tiré par huit rennes, quatre mâles et quatre femelles. En italique leurs noms en anglais ; Eclair, Blitzen (femelle), Tornade, Dasher (mâle), Danseur, Dancer (femelle), Comète, Comet (mâle), Cupidon, Cupid (femelle), Tonner, Donder (mâle), Furie, Prancer (mâle) et Fringant Vixen (femelle). Un neuvième (Rudolf) sera ajouté en 1939. Il est en tête de l’attelage et avec son nez rouge lumineux, il éclaire le chemin.

Le sympathique Père Noël, tel que nous le connaissons, naîtra réellement en 1863, dans un journal new-yorkais. Il sera vêtu d’un costume et d’un bonnet rouge bordés de fourrure blanche et portera un large ceinturon de cuir noir, sous le crayon du dessinateur Thomas Nast. Plus tard, en 1885, le même dessinateur établira la résidence du bienfaiteur au pôle Nord. Une adresse confirmée par l’écrivain Georges Webster qui indiqua que la manufacture de jouets et le domicile du Père Noël y étaient à l’abri des regards. En 1927, il déménage pour s’installer à Rovaniemi en Finlande.

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le Père Noël n'est pas une création de Coca-Cola. En 1885, par un pharmacien crée une boisson alcoolisée, à base de coca et de noix de kola afin de soulager les douleurs. La marque commerciale est enregistrée en 1887, puis vendue la même année. Au début du XXème siècle, la société Coca-Cola, qui a modifié la formule depuis quelques dizaines d’année, face à la popularité du Père Noël et la concurrence, demande à Haddon Sundblom de dessiner ce personnage en train de boire ce soda. La société voyait là, un coup médiatique à faible coût, mais aux retombées importantes. Les couleurs étant identiques, rouge et blanc, le Père Noël devenait ainsi le maître incontesté de cette nuit féérique.

Depuis, les choses ont bien changé et Noël reste, dans tous les pays qui marquent ce moment, une des plus belles fêtes qui soient.

Texte et Photos © Christian Pujol (20.12.2011)

Lu 3127 fois Dernière modification le vendredi, 25 décembre 2015 16:24
Connectez-vous pour commenter
   
© @ Caravan'Rando Mag 2013